Les ruelles des remparts

Capitale de la Brie Champenoise, Montmirail a subi, au cours des siècles, les empreintes des Romains, des Mérovingiens et des Carolingiens. On leur doit les remparts et un prestigieux passé historique. Le circuit des remparts de Montmirail emprunte les traces d’un ensemble architectural qui fut, sans doute, imposant si l’on se réfère à des gravures du XVIIeme siècle qui montrent tours, courtines, murs de défense et de soutènement.

A quels impératifs répondaient de telles constructions?

En premier lieu, protéger la ville et ses richesses, jours et nuits, contre de simples vols. Les forfaits de quelques brigands qui s’introduisent dans les magasins ou ateliers pour les piller… et s’enfuir.

Second objectif, faire front face aux bandes : mercenaires sans solde, bandits de tradition parfois en compagnie de cinquante; nécessitant pour les combattre une organisation de défense en règle. Les fortifications sont là, avant tout, pour donner le temps nécessaire au regroupement et à la résistance, rarement à la contre-attaque.

Enfin, s’opposer à une action coordonnée et imposante pour soumettre une puissance féodale. Ce n’était pas le cas de Montmirail dont les bourgeois ont toujours su éviter de telles allégeances.

Le circuit des Remparts