Centre la Rochefoucauld

La maison fut pour la première fois mentionnée dans un acte de vente en 1411. Elle est décrite comme maison, grangette, colombier, cour, jardin, enclos et nommée l’Hôtel du Béguinage (communauté religieuse dont les membres ne prononçaient pas de voeux). La fabrique paroissiale l’achète pour en faire une école gratuite de filles exceptée la partie qui donnait sur la rue du Gué (actuellement rue de l’Ecole). En 1678, les Missionnaires, fondés par Saint Vincent de Paul et qui habitaient Fontaine-Essarts l’achètent et s’y installent.

centre-la-rochefoucauld
En 1720, un supérieur fit construire le bâtiment, avec ses propres deniers, tel qu’on le connaît aujourd’hui. Les Missionnaires rachètent l’aile qui donne sur la rue du Gué. Ils enterrent leurs morts entre la Chapelle, à ce moment là au rez-de-chaussée (logement actuel de la concierge) et la ruelle de la cloche. A la Révolution, le bâtiment devient Bien National. La mairie et la prison s’y installent un moment. En 1798, un acheteur privé l’achète pour le revendre aussitÙt en plusieurs lots. Bénigne Augustine Françoise Le Tellier de Louvois de Montmirail, vicontesse de La Rochefoucauld, duchesse de Doudeauville rachète l’ancienne chapelle de la Mission pour y installer une Ècole de garçons. En 1822, la duchesse de Doudeauville achète le reste de l’immeuble pour y transférer l’Hôtel Dieu (auparavant au couvent de Montléan). La chapelle des religieuses est établie au 1er étage où se trouve maintenant la bibliothèque adultes. Un asile pour les plus jeunes enfants (Ècole maternelle) est mis en place dans la rue du Gué : c’est l’Asile Saint-Augustin.
Pendant la guerre de 1870, les prussiens y règnent en maîtres.
En 1892, la Municipalité demande aux Soeurs qui ne soignent pas les malades de quitter la maison : elles construiront l’Orphelinat Saint Michel pour accueillir les autres oeuvres dont elles s’occupaient.

Juste après la Seconde Guerre Mondiale, l’Hôpital trop vétuste est transféré à la Maison Petit rue de Châlons. Le bâtiment se dégrade alors peu à peu.
En 1973, la duchesse Edmée de La Rochefoucauld en fait don à la ville de Montmirail contre son engagement à le faire revivre et à le nommer CENTRE SOCIAL LA ROCHEFOUCAULD.

Trois tranches de travaux, 15 ans et 6,9 millions de francs seront nécessaires pour réaliser le bâtiment tel que nous le connaissons aujourd’hui.